6 conseils pour aider votre flore intestinale

Six conseils pour maintenir une flore intestinale saine et résistante

Lorsque nous parlons de la santé intestinale et du maintien d’une flore intestinale saine, nous parlons des “bonnes” bactéries qui vivent dans notre intestin et nous aident à digérer les aliments, à les convertir en nutriments absorbables et à fabriquer certaines substances bénéfiques à partir des déchets de notre corps. Ces bactéries constituent également la première défense contre les maladies et les infections.

Si nous ne mangeons pas correctement, nous pouvons avoir des problèmes, c’est aussi simple que cela. Mais il n’y a pas que les bactéries qui forment la flore intestinale humaine. Selon le Projet du Microbiome Humain, il contient également des milliards de virus, de champignons et d’autres microorganismes ; il compte 10 fois plus de microorganismes que les cellules humaines et ceux-ci représentent 3% de notre masse corporelle totale.

Les bactéries intestinales : pourquoi sont-elles importantes ?

Parmi ces milliards de bactéries intestinales, on estime qu’il existe un millier d’espèces, représentées par quelque 5 000 souches bactériennes différentes. Le microbiote intestinal de chacun d’entre eux est unique. Chaque personne transporte environ 100 milliards de microbes dans son corps, principalement dans le tube digestif. Comme les empreintes digitales, chaque flore intestinale est unique et distincte. Des facteurs tels que le régime alimentaire, le mode de vie et les antibiotiques influencent l’aspect de la flore intestinale.

Parce que toutes les bactéries ne sont pas bonnes. Nous sommes également habités par des bactéries pas très bonnes. Notre système digestif agit comme une sorte de champ de bataille entre les bonnes et les mauvaises bactéries où, bien sûr, les bonnes doivent gagner. Sinon, les mauvais prennent le dessus. Que se passe-t-il lorsque cela se produit ? Le déséquilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries, dans lequel les mauvaises gagnent, provoque ce que l’on appelle une dysbiose intestinale, ou en d’autres termes, une altération fonctionnelle et qualitative du microbiote.

Les scientifiques ont découvert que le système digestif a un travail encore plus complexe qu’on ne le pensait auparavant, car il est lié à de nombreux problèmes de santé qui n’ont apparemment rien à voir avec la digestion. Les déséquilibres de la flore intestinale humaine ont été liés à des maladies auto-immunes telles que la maladie de Crohn et la sclérose en plaques, l’obésité et les maladies cardiaques.

Tout cela signifie qu’une flore intestinale saine est importante pour la santé et que tout ce qui peut nourrir de bonnes bactéries et les maintenir en équilibre est bon. Comment savoir si votre flore intestinale est endommagée ? Certains symptômes nous alertent, comme un ventre régulièrement gonflé sans cause apparente, des crampes intestinales, etc.

flore intestinaleSix façons de maintenir la flore intestinale en bonne santé

La flore intestinale a une bonne chose, c’est que, bien qu’elle puisse être altérée et endommagée, il existe plusieurs façons de la récupérer et donc d’obtenir un microbiome sain. Voici six conseils pour y parvenir :

• Adoptez un régime alimentaire sain et équilibré:

les fibres maintiennent les cellules intestinales en bonne santé et permettent à votre système digestif d’éliminer correctement les déchets. Le manque de fibres, par exemple, affecte le microbiome intestinal, ce qui signifie qu’il y a moins de souches bactériennes saines par rapport à une personne qui suit un régime riche en fibres. Le pain complet, l’avoine, les poires, les melons, les brocolis, les carottes, les légumineuses et les noix nous aideront à obtenir les fibres dont nous avons besoin. Les bactéries sont toujours ce que nous mangeons. En revanche, une alimentation riche en sucres et en graisses peut tuer certains types de bactéries intestinales, ce qui réduit la diversité du microbiote.

• Manger plus d’aliments fermentés

les bactéries sont des organismes vivants qui doivent être mangés. Une alimentation saine et variée est bonne pour les bactéries qui vivent dans l’intestin et favorise un écosystème diversifié. Les aliments fermentés tels que la choucroute, le kimfi ou le kéfir contiennent des probiotiques (bactéries vivantes), ainsi que certains types de yaourts.

• Boire suffisamment d’eau

tout conseil de santé inclut toujours l’eau comme un facteur essentiel ; la santé intestinale ne fait pas exception. L’eau assure l’absorption correcte des minéraux et des nutriments dans l’organisme.

• N’abusez pas des antibiotiques

Ces médicaments sont importants pour traiter les infections et les maladies causées par des bactéries. C’est leur mode de fonctionnement qui les rend dangereuses : elles affectent aussi bien les bonnes bactéries (bifidobactéries et lactobacilles) que les mauvaises. Certaines études indiquent même qu’une utilisation excessive d’antibiotiques peut entraîner des modifications néfastes de la composition et de la diversité de la flore intestinale.

• Se salir davantage

Aussi étrange que cela puisse paraître, cela peut contribuer à améliorer la flore intestinale. Parce que de nombreuses habitudes d’hygiène actuelles ont supprimé le lien que nous avions autrefois avec les microbes. Il en résulte un manque de diversité qui peut être préjudiciable à notre santé. Sans sacrifier l’hygiène de base, pour relancer les connexions microbiennes, nous pouvons passer plus de temps à l’extérieur ou ouvrir davantage les fenêtres (un environnement hermétique peut modifier notre environnement microbien), prendre soin d’un jardin ou d’un verger ou avoir un animal de compagnie.

• Faites plus d’exercices

L’activité physique peut également favoriser la croissance de diverses bactéries intestinales. L’exercice régulier stimule l’intestin et augmente l’activité intestinale, ce qui permet d’éviter les problèmes digestifs. En augmentant le flux sanguin vers tous les muscles, il maintient les muscles du système digestif en mouvement, ce qui permet aux aliments de passer beaucoup plus rapidement.

Probiotiques et prébiotiques, oui ou non ?

Ce sont deux concepts très différents, mais tous deux ont des effets bénéfiques sur la flore intestinale. Les probiotiques sont des organismes vivants qui parviennent à repeupler notre flore. Ils fonctionnent comme une sorte de colle qui adhère à la muqueuse intestinale et empêche les mauvaises bactéries de s’y fixer. On les trouve dans les produits laitiers fermentés tels que ceux mentionnés ci-dessus, les yaourts naturels ou le kéfir de lait. Ils agissent donc comme des protecteurs.

Les prébiotiques, en revanche, servent de nourriture aux bonnes bactéries, de sorte que les bifidobactéries et les lactobacilles sont générés dans le côlon. On les trouve généralement dans des aliments tels que les tomates, les oignons, les bananes et les artichauts. Selon l’Association scientifique internationale des probiotiques et prébiotiques (ISAAP), les prébiotiques sont souvent des types de fibres que le corps humain ne peut pas digérer et qui servent de nourriture aux micro-organismes bénéfiques qui vivent dans le côlon.